Falling in Between

Bobby : Ce morceau démarre sur un riff de guitare de Luke et le groupe le suit sur le même groove.
Un peu comme le début d’un morceau façon Led Zeppelin.
Toto est lâché et chute librement entre les 2...
Dave, Luke ou moi-même, souhaitions alors prendre les pistes à la maison pour commencer à essayer quelques idées de mélodie, et mettre ensuite au point les paroles.
À cause de certaines des indications de mesure impaires, il était difficile de placer les mélodies, mais cela a rendu tout cela bien plus intéressant à écrire.

Greg : je me rappelle, Luke et Paich souhaitaient aller dans la direction d’un morceau de rock progressif du style de Led Zeppelin ou de Yes.
Bobby nous gratifie d’une voix lead pure et dure.
Nous avons tous joué sur ce morceau...en même temps !

Paich : je me suis rappelé une petite idée que j’avais juste après la tragédie de tsunami.
Shankar m’avait appelé et avait demandé si je voulais faire quelque chose pour son pays, l’Inde.
J’avais cette partie en tête et c’est devenu l’intro.





Dying on My Feet

Luke : c’est parti d’une idée que Dave et moi avions et nous avons construit la chanson comme cela et nous l’avons enregistré facilement
Tout est venu facilement, de la percussion au chant final.
Bobby au chant, Greg et moi sur BG’S.
C’est un morceau très cool qui a plusieurs sections.
Lenny et Steve P. joue sur ce morceau et la chose la plus cool c’est la partie de cuivre de Jimmy Pankow du groupe Chicago.

Simon : la chanson a été écrite et réunit section par section et en fait, c’était le morceau de démonstration
Il y avait juste un bon groove.
J’aime particulièrement la performance vocale de Bobby, exploitant une gamme légèrement inférieure de sa voix.
Un solo très frais de Luke - probablement ma chanson favorite de l’album.





Bottom of Your Soul

Simon : Dave et moi avions la même idée de groove et donc nous sommes sortis et avons "jammé" un peu.
Luke a inventé les chœurs et Dave avait à peu près mis en place les paroles.
C’était vraiment sympa de composer la boucle de percussion.

Mike : Quelle performance vocale de Luke, bien ressentie et avec du cœur.
Il y a un sens merveilleux et mystique, presque éternel sur ce morceau.
Et quelle voix magnifique de Joseph Williams !
Et l’interaction entre la guitare de Luke et le piano de Greg... me donne le frisson. Magnifique !

Joseph : je voudrais exprimer toute ma gratitude aux gars, pour m’avoir demandé de contribuer à nouveau disque.
C’était comme si le temps n’avait pas passé depuis que nous avions travaillé ensemble.
La différence, c’était que cette fois, le stress et la pression manquaient, permettant la créativité et la musicalité de voir le jour.
Les gars accueillaient toutes mes idées et je ne pouvais pas avoir demandé une meilleure chanson sur laquelle chanter.
Je pense que "Bottom of Your Soul" ranime un peu la vieille magie de TOTO, pour laquelle j’étais tombé amoureux à l’époque quand j’étais un simple Fan.





King of the World

Luke : c’est un morceau de remplacement qui ne devait pas être intégré au CD.
Il a commencé sur un tout autre air et nous allions l’utiliser comme notre morceau de bonus.
Nous l’avons donné à Steve Porcaro pour le travailler et il a édité tout cela et nous l’a ensuite retourné.
C’est un air totalement différent.
Dave, Bobby et moi chantant tous 3 en lead, pour la première fois et je pense qu’il s’est métamorphosé en un de mes morceaux favoris.

David : King of the World était précédemment intitulé : "Den of Thieves" ou "Smoke and Mirrors".
Il parle de la chute d’Enron, et de trois perspectives.
Un, étant l’homme dans la rue (celui qui parle)
Deux, étant un ouvrier de bas niveau.
Et le troisième étant le Grand cadre exécutif.
En plus du groupe, Steve Porcaro a joué un rôle principal dans la rédaction créatrice, l’intros et les effets d’éblouissement. Jason Scheff de "Chicago" a aussi prêté sa voix sur l’harmonie vocale.





Hooked

Mike : Luke semble canaliser facilement les grandes idées.
Les Idées que d’autre maestro ont et qu’il optimise par son talent et son inspiration.
Un musicien inspiré en engendre un autre, qui en engendre un autre et quand vous savez que vous êtes dans un groupe de quelques individus bénis et doués... c’est le pied !

David : Simon avait la plupart du morceau, aussi nous avons "jammé" et nous nous sommes amusés.
J’ai écrit le texte durant un prime time d’addiction.
Ian Anderson nous a fait l’honneur de nous honorer avec un solo de flûte terrible.

Bobby : c’est vraiment "la" chanson rock avec un message sur les choses qui contrôlent votre vie.
Une fois que quelque chose prend le contrôle de vous, ce n’est pas dur de dire que vous y êtes Accroché.
J’ai pensé qu’un des acteurs importants sur ce morceau, était Steve Porcaro, parce qu’il a ajouté tant de parties de synthé intéressantes qui ont donné vie à la chanson.





Simple Life

Mike : Une des choses que j’attends toujours avec impatience sur un album Toto - c’est une ballade magnifique de Steve Lukather.
Cette chanson sort de lui comme un printemps pur. Stupéfiant !

Greg : Probablement ma chanson favorite de l’album.
J’en suis tombé amoureux, la première fois que de Luke l’a joué pour moi.
Comme un auteur-compositeur, c’est une de ces pépites qui vous fait dire, "Pourquoi je n’ai pas pensé à cela ?"

Simon : c’est tout Luke.
Il est entré avec la chanson entièrement écrite et avec juste deux ou trois peaufinages ici et là, il a été terminé !

Paich : c’est du Lukather pur et dur.
Avec La grande ligne de basse façon Brian Wilson de Mikey à la fin.





Taint your World

Simon : Nous avons fait ce morceau de manière Live et je pense que chacun y a mis sa main.
Steve Porcaro a ajouté une pente très intéressante à la section du pont !
Ca sonne un peu comme durant un concert et j’ai voulu capturer cela.

Luke : c’est notre hommage à nos amis Ed et Al Van Halen.
Ils sont de très bons amis.
Ca sonne comme quelque chose qu’ils auraient pu faire seulement c’est très Toto aussi.
Nous balançons parfois. Haha.
Bobby à la voix lead et Moi et Greg encore là de nouveau.





Let it Go

Bobby : Quel morceau le groupe a inventé pour celui-ci.
Greg est un killer sur le chant dans cette chanson.
J’ai commencé les paroles, mais comme d’habitude, nous avions tous participer à son achèvement.
C’est un de mes morceaux favoris du CD.

Luke : c’est un morceau de funk-fusion qui pourrait être le fils de "Jake to the Bone" mais avec du chant.
Un de mes morceaux favoris et il a pris 2 jours pour écrire - répéter et faire les coupes comme il a un certain passage quelque peu difficile à jouer.
Un Vrai morceau de Toto extravagant.

Mike : Ce morceau regroupe tout cela : un groove de tueur, une formation incroyable et le chant principal remarquable de Greg.
Nous sommes si heureux d’avoir Greg dans le groupe...
On ne peut pas nier l’intégrité musicale de cet homme et ces compétences. Et il peut chanter comme ça ?

Greg : Mon début en tant que voix principale.
La mélodie du refrain et les mots, “Let it go” sont venus tout à fait rapidement, si je me souviens bien.
Si-Phi m’a défié pour inventer une bonne section instrumentale après le solo de Luke et quand je l’ai finalement fait, Mike et Luke étaient vraiment stupéfaits, parce que c’est la ligne la plus facile à jouer sur un clavier par opposition à une guitare.





Spiritual Man

Luke : c’est une chanson sur la découverte de votre voie dans votre cœur, durant ces temps difficiles.
Un des meilleurs titres de Dave.

Greg : je me rappelle comment Dave était particulièrement si enthousiaste.
Il a passé plusieurs projets de paroles...
Il a pris son temps et j’aime le résultat final. J’aime le chant aussi - certainement un de mes favoris !

Paich : la chanson a été écrite dans le style d’une ballade, d’un récit avec 4 cordes.
Elle a été écrite comme un hymne.
J’ai écrit le premier projet des paroles comme si j’étais un journaliste cherchant le Christ.
J’ai voulu l’écrire dans le style de dernier Hunter Thompson, l’auteur des Rolling Stone.
Alors j’ai décidé d’étendre la gamme de l’histoire pour inclure Bouddha, Muhammad, Coltrane.
Greg et Bobby ont donné une performance irrésistible, ainsi que Tom Scott et Monet.





no end in Sight

Simon : c’est une des dernières chansons que nous avons écrites.
Je pense que cela a pris environ une heure pour composer et ensuite nous l'avons enregistré en direct - en deux ou trois prises.
Bobby nous livre encore une fois, un chant de tueur.

Bobby : Après que le morceau est été enregistré, Luke et moi discutions de la guerre en Irak.
J’étais au milieu de quelques idées sur les paroles et tout à coup, au milieu de cette discussion, Luke a mentionné que nous avions “No End In Sight” avec cette guerre.
J’ai apporté cette idée à la maison et travaillé cela jusqu’à ce que j’aie la ligne d’histoire.
Il en est sorti un grand morceau pourvu d’un message d’intimidation.

Mike : nous vivons dans un monde de stress. Allez Bubba ! Dites cela comme un frère !





the Reeferman

Simon : un jam basé sur un riff de Dave
Une surprise en réalité et je suis si heureux que nous ayons réussi à le faire enregistrer, alors qu’il y avait un problème technique léger que personne ne savait résoudre.
Roy Hargrove ajoute sa magie à celui-ci.

Luke : c’est un jam vivant écrit par Dave et moi.
Dave avait le riff et Simon a commencé à le jouer façon Be bop et j’ai écrit une mélodie sur place.
Après que nous l’aillons entendu, nous l’avons creusé et avons demandé au légendaire joueur de jazz : Roy Hargrove d’y ajouter la trompette.
C’est un morceau un peu comme "Bitches Brew" de Milles Davis.
Un Morceau très court mais cool.
Vous pourriez l’entendre à coup sûr, sur un autre disque d’orchestres des années 70-80 !